interpretation des reves

L'interprĂ©tation des rĂȘves et leur analyse

Une mythologie à la mesure, une symbolique personnalisée

GĂ©nĂ©rateurs de messages, les rĂȘves ont leur propre langage symbolique. Il s’agit d’un langage difficile Ă  comprendre en raison de leur plus ou moins apparente irrationalitĂ©, des difficultĂ©s pour en Ă©claircir les recoins obscurs (mĂȘme lorsqu’ils nous apparaissent trĂšs colorĂ©s ou trĂšs brillants), mais aussi pour des questions objectives autant que subjectives, que nous soyons le principal protagoniste ou prĂ©cisĂ©ment parce que nous ne le sommes pas.

Pourquoi de telles difficultĂ©s ? Pourquoi cet intĂ©rĂȘt pour rĂ©ussir Ă  les dĂ©chiffrer ? Certains experts Ă©mettent l’idĂ©e que cela dĂ©coule probablement de la « nature complexe, Ă©motive et vectorielle du symbole ». Et aussi du fait que l’interprĂ©tation des rĂȘves « symbolise l’aventure individuelle et que c’est l’une des expressions les plus libres ou impudiques de nous-mĂȘme ».

On assure mĂȘme que les songes remplissent une fonction tellement vitale que la mort ou la dĂ©mence peuvent sanctionner un manque total d’activitĂ© onirique. En outre, les rĂȘves servent de soupage de sĂ©curitĂ© aux impulsions rĂ©primĂ©es durant le jour. Ils font Ă©merger les affaires ou les problĂšmes Ă  rĂ©soudre ou suggĂšrent des solutions en les reprĂ©sentant.

Leur fonction sĂ©lective, comme les choix de la mĂ©moire, soulage la vie conscience et aide souvent Ă  Ă©tablir une espĂšce d’Ă©quilibre compensatoire. L’une des taches des thĂ©rapeutes pour l’interprĂ©tation des rĂȘves est prĂ©cisĂ©ment de dĂ©couvrir tout cela et de travailler avec de telles connotations, de façon Ă  retrouver la relation entre la situation consciente vĂ©cue et les images des diffĂ©rents types de rĂȘves.

Parfois, la sĂ©paration entre rĂȘve et rĂ©alitĂ©, dans l’interprĂ©tation des rĂȘves, peut prendre des nuances maladives et rĂ©vĂ©ler des disproportions, entre interprĂ©tation, divination et prĂ©diction concernant l’avenir Ă  travers les rĂȘves. La compensation se produit, selon Freud « de maniĂšre horizontale et sur le mĂȘme plan que la sexualité », alors que pour Jung ledit rĂ©Ă©quilibrage se rend dans la verticalitĂ©, « comme s’il s’agissait d’un voilier, entre la voile et la quille ».

Le rĂȘve est l’un des meilleurs Ă©lĂ©ments d’information existant sur notre Ă©tat psychique, puisqu’il nous offre une image instantanĂ©e de notre situation existentielle dans le temps prĂ©sent, Ă  travers des symboles vivants. Pour le dormeur, il s’agit d’une image (souvent insoupçonnĂ©e) de lui et de son « soi-mĂȘme ». Toutefois, toute cette information est en mĂȘme temps voilĂ©e, d’une façon tout Ă  fait similaire Ă  celle d’un symbole, par d’autres images et d’autres sujets.

Durant le rĂȘve, les processus d’identification circulent sans contrĂŽle. La personne s’identifiera Ă  un autre ĂȘtre, homme ou femme, animal ou plante, vĂ©hicule ou planĂšte. Une analyse sĂ©rieuse de l’interprĂ©tation des rĂȘves oblige Ă  discerner minutieusement ces identifications et Ă  les Ă©claircir, en en dĂ©couvrant les causes et les objectifs, et en aidant le rĂȘveur Ă  retrouver le chemin de sa propre identitĂ©. Les songe active les processus d’individuation et contribue Ă  construire et Ă  exprimer la totalitĂ© de la personne.

Analyse et interprĂ©tation des rĂȘves

Pour Ă©tudier et comprendre les rĂȘves, nous nous basons en Occident sur l’analyse et l’interprĂ©tation des rĂȘves. L’analyse des symboles oniriques repose sur un triple examen :

  • Le contenu du rĂȘve (les images et leur dramaturgie)
  • La structure du rĂȘve (un ensemble de relations dĂ©terminĂ©es dans des images distinctes)
  • Le sens du rĂȘve (son orientation, sa finalitĂ© et son intention)

analyse des reves

Le contenu

Il provient de cinq types d’opĂ©rations spontanĂ©es :

  1. Élaboration des donnĂ©es de l’inconscient pour les transformer en images
  2. Condensation en une image ou en une succession d’images
  3. DĂ©placement de l’affectivitĂ© (transfert) sur ces images de substitution, par la voie de l’identification, du rejet ou de la sublimation
  4. Dramatisation de cet ensemble d’images et de charges affectives dans une portion de vie plus ou moins intense
  5. Symbolisation qui dissimule derriĂšre les images du rĂȘve d’autres rĂ©alitĂ©s diffĂ©rentes de celles directement reprĂ©sentĂ©es

L’analyse onirique de l’interprĂ©tation des rĂȘves devra trouver le contenu latent de telles expressions psychiques qui voilent les besoins, les contraintes, les pulsions, les ambivalences, les conflits ou les aspirations enterrĂ©es dans les profondeurs de l’ñme. Ces expressions et leur dynamique s’accompagnent Ă©galement d’une tonalitĂ©, c’est Ă  dire de la charge Ă©motive et anxieuse qui nous affecte.

La structure

Établir la structure d’un rĂȘve est une tache habituellement complexe car des fantasmagories variĂ©es peuvent recouvrir des structures identiques (ajustĂ©es selon le mĂȘme schĂ©ma profond) et des images semblables peuvent Ă©galement apparaĂźtre dans diffĂ©rentes structures. Pour faciliter cette Ă©tude, une structure en forme de drame en quatre actes a Ă©tĂ© conçue:

  1. Exposition et personnages, lieu géographique, époque, décors
  2. Action et drame qui y sont annoncés
  3. Péripéties du drame
  4. Evolution du drame jusqu’Ă  sa rĂ©solution, le relĂąchement des tensions ou sa conclusion

L’une des difficultĂ©s pour l’Ă©tude de la structure du songe est qu’il faut l’explorer sur des plans distincts, qui ne sont pas Ă  leur tour exempts d’interfĂ©rences entre eux. Le plus profond concerne des questions communes illustrant des craintes ou des angoisses si fondamentales et tellement partagĂ©es comme la survie, la mort, la douleur, la solitude ou la folie. Mais les rĂȘves (en plus !) interviennent Ă©galement, et interfĂšrent, sur la complexitĂ© du monde et les difficultĂ©s d’adaptation, ou sur le sens ou le destin de l’existence.

Cet univers symbolique fait clairement apparaßtre certaines relations, comme celle qui se joue entre ascension et lumiÚre, ou entre intégration et chaleur.

En tout cas, intuition mise Ă  part, les spĂ©cialistes de l’interprĂ©tation des rĂȘves assurent qu’il y a suffisamment d’informations pour composer une grille avec laquelle explorer le symbolisme onirique de façon assez scientifique.

Le sens

On considĂšre que tout rĂȘve possĂšde un sens. C’est pourquoi celui-ci peut ĂȘtre recherchĂ© « vers l’arriĂšre », dans la cause mĂȘme dudit rĂȘve (c’est la mĂ©thode freudienne ou rĂ©trospective). Ou bien « vers l’avant », en fouillant l’intention rĂ©alisatrice du rĂȘve (c’est la mĂ©thode junguienne ou prospective).

L’interprĂ©tation des rĂȘves

Freud par sa psychanalyse assurait que « l’interprĂ©tation des rĂȘves est la voie royale pour parvenir Ă  la connaissance de l’ñme ». Aujourd’hui cela semble exagĂ©rĂ©, bien que ce soit, il est vrai, un outil trĂšs important de connaissance de soi individuel, et que leur dramaturgie, spontanĂ©e et incontrĂŽlĂ©e, « échappe Ă  la responsabilitĂ© du sujet ». C’est comme s’ils existaient rĂ©ellement en dehors de la propre imagination, avec le sentiment d’identitĂ© dissous, et les perspectives et perceptions de la rĂ©alitĂ© transformĂ©es.

Les ethnologues ont pleinement contribuĂ© Ă  Ă©claircir les secrets des songes : « Le rĂȘveur va chercher tous les accessoires de ses rĂȘves dans la vaste panoplie de reprĂ©sentations collectives que sa civilisation lui fournit. La porte est donc toujours ouverte entre les deux moitiĂ©s de la vie de l’homme : des Ă©changes incessants entre le rĂȘve et le mythe ont lieu, entre les fictions individuelles et les contraintes sociales, le culturel pĂ©nĂštre le psychique et le psychique s’inscrit dans le culturel » (Roger Bastide)

L’interprĂ©tation des rĂȘves comme le dĂ©chiffrage du symbole ne rĂ©pondent pas seulement Ă  une curiositĂ© de l’esprit. Ils Ă©lĂšvent Ă  un degrĂ© supĂ©rieur les relations entre le conscient et l’inconscient et amĂ©liorent leurs rĂ©seaux de communication.

Bien que cela se passe seulement dans ce sens, et sur le plan du psychisme le plus conventionnel, l’analyse onirique ou symbolique est l’une des voies d’intĂ©gration de la personnalitĂ©. Un individu plus lucide et plus Ă©quilibrĂ© tend Ă  remplacer la personne partagĂ©e entre ses dĂ©sirs, ses aspirations et ses doutes, et qui ne se comprend pas elle-mĂȘme. « La synthĂšse de l’activitĂ© psychique consciente et de l’activitĂ© psychique inconsciente constitue l’essence mĂȘme du travail mental du crĂ©ateur. » (C.A. Meier)

Dans l’interprĂ©tation des rĂȘves, il est important et trĂšs utile de connaitre l’univers symbolique et mythologique des diffĂ©rentes cultures, antiques et actuelles, parce que tous ces Ă©lĂ©ments, artistiques ou religieux, sont fondamentalement les mĂȘmes que ceux du monde des rĂȘves. Mais il convient de rappeler que toutes ces images et valeurs symboliques sont en symbiose dans un environnement psychique, Ă©galement porteur (Ă  son tour lui aussi) de symboles. Il est donc obligatoire d’ordonner et de synthĂ©tiser tous ces Ă©lĂ©ments si l’on veut faire un dĂ©cryptage sĂ©rieux. De plus, on doit prendre en compte le fait que :

Le rĂȘveur est au cƓur de son rĂȘve. « Il est rĂȘvĂ© par nous et Ă  travers nous. Le rĂȘve est le thĂ©Ăątre dans lequel le rĂȘveur est Ă  la fois acteur, scĂšne, souffleur, producteur, auteur, public et critique » (Jung)

Le rĂȘveur est au cƓur d’une histoire. L’interprĂ©tation des rĂȘves et des symboles oniriques exige que chaque Ă©lĂ©ment de l’analyse renvoie Ă  un contexte, soit Ă©clairci par des associations spontanĂ©es et mĂȘme amplifiĂ©, comme on fait dans un film.

interpretation des reves

Il existe deux moyens trĂšs utiles :

Les associations

Le rĂȘveur est invitĂ© Ă  exprimer spontanĂ©ment tout ce qu’Ă©voquent en lui les images, les couleurs, les expressions, les mots de son rĂȘve, aussi bien isolĂ©ment qu’en groupe. C’est de cette façon que se manifestent les liens latents ou les nƓuds Ă©motifs insoupçonnĂ©s. Cependant, ces associations ne sont gĂ©nĂ©ralement pas totalement fiables face Ă  une interprĂ©tation des rĂȘves oniriques au sens strict.

L’amplification

Il s’agit de donner au rĂȘve analysĂ© le maximum de rĂ©sonance, l’amplifier pour mieux « le voir », comme si nous regardions la projection agrandie de l’architecture d’un cristal de neige ou des veines d’un marbre.

Pour pĂ©nĂ©trer les secrets du rĂȘve, cette amplification peut ĂȘtre le fait du rĂȘveur lui-mĂȘme, et dirigĂ©e de façon minimale. Mais l’interprĂ©tation des rĂȘves peut aussi se rĂ©aliser, en se basant sur le trĂ©sor des ressources ethnologiques, mythologiques ou symboliques des sciences humaines. De tels moyens, issus tant du folklore que des traditions religieuses, permettent de mettre le contenu du rĂȘve en relation avec le patrimoine psychique et humain en gĂ©nĂ©ral.

ThĂ©rapie avec les rĂȘves

L’onirothĂ©rapie, ou pratique thĂ©rapeutique consistant Ă  rĂȘver Ă©veillĂ©, a engendrĂ© l’onirodrame. Cette technique prend la forme d’une rĂȘverie dirigĂ©e Ă  partir d’une image ou d’un thĂšme, suggĂ©rĂ©s par le thĂ©rapeute ou le spĂ©cialiste exprimant les interprĂ©tation des rĂȘves. En gĂ©nĂ©ral, on propose des thĂšmes extraits des symboles d’ascension et de descente. Comme le souligne AndrĂ© Virel, « l’onirodrame utilise la facultĂ© que l’ĂȘtre humain a dans un Ă©tat hypovigile, de vivre dans un univers archaĂŻque, dont il ne soupçonne mĂȘme pas l’existence quand il est en Ă©tat de veille. Le rĂȘve nocturne ne lui en donne d’ailleurs qu’une idĂ©e trĂšs infidĂšle et dĂ©cousue.

La technique comporte un premier temps de relaxation conduite scientifiquement, qui dĂ©termine l’apparition d’ondes alfa. Le sujet reçoit la consigne de verbaliser une Ă  une les images qui lui apparaissent, ou ce qu’il ressent. L’expĂ©rience montre que de tels Ă©tats sont vĂ©cus, c’est Ă  dire que la personne possĂšde un « Je » corporel imaginaire qui agit sur un monde fantasmatique sur lequel elle projette les structures de son « Moi » archaĂŻque. C’est l’une des façons de voir apparaĂźtre, chez certaines personnes moins prĂ©disposĂ©es Ă  l’imagination que d’autres, des sĂ©quences d’images et des situations qui peuvent se superposer aux donnĂ©es mythologiques ou psychosociologiques des stades les plus primitifs de l’humanitĂ©.

interpretation des reves

Classification des rĂȘves

Voici une classification simple de l’interprĂ©tation des rĂȘves, conçue pour faciliter leur Ă©tude :

  • RĂȘve prophĂ©tique ou didactique

Avertissement plus ou moins dĂ©guisĂ© concernant un Ă©vĂ©nement critique, passĂ©, prĂ©sent ou futur, l’interprĂ©tation de ces rĂȘves est souvent attribuĂ©e Ă  une force de type cĂ©leste.

  • RĂȘve initiatique

Celui du chaman (comme il est dĂ©crit dans le livre bouddhiste tibĂ©tain le Bardo Thödol) chargĂ© d’efficacitĂ© magique et destinĂ© Ă  introduire dans un autre monde par une connaissance et un voyage imaginaires.

  • RĂȘve tĂ©lĂ©pathique

L’interprĂ©tation de ce rĂȘve met en communication avec la pensĂ©e ou les sentiments de personnes ou de groupes Ă©loignĂ©s.

  • RĂȘve visionnaire

Il transporte vers un monde « imaginal » (H.Corbin), dont la pleine conscience s’est perdue en Occident, exceptĂ© dans les tĂ©moignages trĂšs peu abondants de type mystique. Le prĂ©sage est Ă©cartĂ© : dans ce cas, il s’agit d’une vision.

  • Pressentiment

Le rĂȘve de pressentiment laisse entrevoir une possibilitĂ© entre mille.

  • RĂȘve mythologique

Version ou reproduction d’un grand archĂ©type : il reflĂšte une angoisse fondamentale ou universelle.