monde-onirique

Les significations des diffĂ©rents types de rĂȘves

L’interprĂ©tation des rĂȘves est la voie royale pour atteindre la connaissance de l’Ăąme.

Sigmund Freud

Les significations des diffĂ©rents types de rĂȘves : des messages clairs et personnalisĂ©s

Avant de nous lancer dans la dĂ©couverte des messages cachĂ©s que les rĂȘves laissent filtrer, et qui figurent dans le Dictionnaire des RĂȘves, il faut considĂ©rer que toutes les pensĂ©es oniriques ne peuvent ĂȘtre analysĂ©es avec la mĂȘme grille. C’est ainsi que les psychologues et psychanalystes distinguent trois genres de rĂȘves :

  • RĂȘves compensatoires
  • RĂȘves de satisfaction
  • RĂȘves prĂ©monitoires

La signification des diffĂ©rents types de rĂȘves s’appuie sur l’idĂ©e qu’un thĂšme peut avoir des significations trĂšs diffĂ©rentes selon la situation de chaque rĂȘveur et ce qu’il vit Ă  ce moment-lĂ . Ce dictionnaire vous offrira d’ailleurs d’abondantes explications (psychologiques et Ă©sotĂ©riques), Ă©manant de points de vues bien distincts, mais dont la frontiĂšre s’estompe parfois. L’intention est de comprendre les rĂȘves et de monter tout le potentiel de dĂ©couvertes et de trouvailles pour que l’on affine chaque interprĂ©tation avec sensibilitĂ© et perspicacitĂ©.

Nous avons rassemblĂ© une sĂ©rie de thĂšmes rĂ©currents, aprĂšs avoir su comment se souvenir de nos rĂȘves, en guise d’exemples, avec une mention spĂ©ciale pour les rĂȘves Ă©rotiques, une autre voie par laquelle l’inconscient offre de nombreuses informations susceptibles d’ĂȘtre analysĂ©es. Bien que ces derniers appartiennent au groupe des rĂȘves de satisfaction, leur particularitĂ©s font qu’ils mĂ©ritent une explication Ă  part.

Les RĂȘves compensatoires

Dans la signification de ces types de rĂȘves, les visions oniriques sont provoquĂ©es par des causes simplement physiques. Les rĂȘves compensatoires peuvent ĂȘtre d’origine interne, c’est Ă  dire produits par l’organisme (les facteurs peuvent ĂȘtre aussi variĂ©s qu’une mauvaise digestion ou un mal de tĂȘte), ou d’origine externe (chaleur, bruit, effleurement des draps contre le corps, etc.). Un exemple de type de rĂȘve compensatoire d’origine externe serait celui que ferait une personne qui, Ă  cause du poids des couvertures, songerait qu’elle transporte une trĂšs lourde charge.

D’oĂč provient ce type d’images ? Et à quoi servent les rĂȘvent ? C’est trĂšs simple : en fermant les yeux, nous avons la sensation de rester isolĂ© du monde, puisque notre conscience du monde extĂ©rieur est trĂšs liĂ©e aux perceptions visuelles. Cependant, les autres sens restent en contact avec le monde extĂ©rieur. Par consĂ©quent, mĂȘme si pendant notre sommeil nous cessons apparemment d’ĂȘtre conscient, l’information continue Ă  arriver au cerveau (les bruits forts nous rĂ©veillent). C’est la raison qui nous conduit Ă  prĂ©fĂ©rer les lieux obscurs et silencieux pour dormir.

Toutefois, nous ne pouvons pas toujours maĂźtriser notre environnement. Ainsi, lorsque des situations Ă©chappent Ă  notre contrĂŽle (comme le son d’une sirĂšne, une baisse de la tempĂ©rature ambiante, etc.), les impressions sensorielles s’intĂšgrent Ă  nos rĂȘves en prenant des formes surprenantes.

reve compensatoire

Les RĂȘves prĂ©monitoires

Lors de ces Ă©pisodes oniriques sont Ă©voquĂ©s des faits qui s’incarnent ensuite dans la rĂ©alitĂ©. Dans la plupart des cas, ces types de rĂȘves sont nĂ©gatifs : ils avertissent habituellement de quelque danger Ă  venir. En tant que paradigme de prĂ©monition, nous pouvons signaler l’exemple d’Abraham Lincoln, prĂ©sident des Etats-unis, en 1865. Quelques jours avant son assassinat, Lincoln visualisa sa propre mort dans l’un de ses rĂȘves. Il faut cependant souligner que rĂȘver de la mort n’implique pas nĂ©cessairement l’avĂšnement d’un Ă©vĂ©nement tragique, mĂȘme si le cas du mythique prĂ©sident des Etats-unis indique le contraire.

Dans les rĂȘves, la mort peut signifier beaucoup de choses distinctes. Certains psychologues l’interprĂštent, par exemple, comme un symbole marquant la fin d’un cycle de la vie. C’est pourquoi nous insistons sur l’importance de personnaliser les rĂȘves.

Les RĂȘves de satisfaction

Les rĂȘves de satisfaction constituent la base sur laquelle s’appuient les principales thĂ©ories concernant l’interprĂ©tation onirique. Il s’agit de ces images dans lesquelles nous condensions les dĂ©sirs que nous ne pouvons satisfaire pendant l’Ă©tat de veille. Elles constituent un immense fourre-tout allant des rĂȘves Ă©rotiques jusqu’aux cauchemars les plus terrifiants. Dans certains cas , un mĂȘme rĂȘve de satisfaction peut se rĂ©pĂ©ter pendant des annĂ©es. Cela signifie que l’inconscient est en train de prĂ©venir la personne de l’importance d’une question qu’elle souhaite peut-ĂȘtre passer sous silence. Dans la section du dictionnaire et des interprĂ©tations des rĂȘves, il est fait rĂ©fĂ©rence par la signification de ce type de rĂȘve.

Les RĂȘves sexuels

Il existe une signification pour ces types de rĂȘves qui ont la capacitĂ© de nous exciter, de nous intriguer, de nous Ă©mouvoir, de nous faire honte… Ce sont ceux que jamais, ou presque jamais, nous ne partageons avec les autres. Il s’agit des rĂȘves Ă©rotiques qui, en gĂ©nĂ©ral, n’ont rien Ă  voir avec le comportement sexuel et social que nous avons Ă  l’Ă©tat de veille. Les rĂȘves Ă©rotiques rĂ©unissent beaucoup d’autres sensations multiples que, dans la vie consciente, on n’associerait probablement pas avec celles que ‘on associe spontanĂ©ment au sexe. S’ils peuvent ĂȘtre violents, passionnĂ©s, pervers, romantiques, etc., dans le fond ces songes renvoient Ă  des conflits internes et Ă  des besoins Ă©motionnels profonds. C’est pour cette raison qu’ils font partie du groupe des rĂȘves de satisfaction.

Parfois, la signification de ces types de rĂȘves rĂ©vĂšlent la peur de l’intimitĂ© ou prĂ©viennent contre certaines relations. D’autres fois, ils esquissent des situations et des comportements que nous ne pourrions pas vivre ou avoir normalement. Les rĂȘves reprĂ©sentent tout cela Ă  l’aide de symboles Ă  fortes connotations sexuelles. Leurs thĂšmes et langages, habituellement sombres, peuvent ĂȘtre sources de doutes et de confusions car, comme il arrive Ă©galement avec les autres rĂȘves, chaque individu possĂšde des symboles particuliers. Leur interprĂ©tation devra donc ĂȘtre rĂ©alisĂ©e selon la situation dans laquelle chacun se trouve.

Ils reprĂ©sentent Ă©galement, pour les pulsions sexuelles rĂ©primĂ©es par les conventions sociales, des Ă©chappatoires. En effet, les rĂȘves Ă©rotiques semblent tout permettre. Ils sont le vĂ©hicule idĂ©al de nos goĂ»ts et Ă©motions les plus secrets. Pour Sigmund Freud et par sa psychanalyse, les songes manifestent les dĂ©sirs que notre conscience n’exprime pas. Y ĂȘtre attentif est donc une trĂšs bonne chose, parce qu’ils renferment une prĂ©cieuse information sur nous-mĂȘme. Leur signification s’Ă©loigne toutefois souvent de ce qu’ils montrent. Ils symbolisent aussi bien les tensions de notre vie quotidienne que le dĂ©sir de passer un moment agrĂ©able.

Les RĂȘves et fantasmes Ă©rotiques

Les rĂȘves Ă©rotiques sont aussi relatifs au dĂ©veloppement physique et Ă©motionnel de chaque personne. Au cours de la pubertĂ©, par exemple, ce type de rĂȘve est quelque chose de trĂšs courant. D’autres, de caractĂšres dĂ©sagrĂ©ables, correspondent plutĂŽt Ă  un Ă©pisode d’abus ou de harcĂšlement sexuel. Presque tout le monde a fait au moins une fois dans sa vie un type de rĂȘve Ă©rotique, car ce sont, en fin de compte, des phĂ©nomĂšnes naturels de notre quotidien.

Ils mĂ©ritent cependant qu’on y consacre de l’attention, en recherchant, par exemple, s’ils renvoient Ă  des questions sexuelles ou s’ils concernent d’autres aspects, car les rĂȘves Ă©rotiques comportent de prĂ©cieuses pistes sur l’intimitĂ© dans le couple. Si quelque chose ne marche pas comme cela devrait, ils indiquent probablement aussi le chemin Ă  suivre pour la rĂ©solution du problĂšme. Il ne devrait exister aucune diffĂ©rence spĂ©cifique entre les rĂȘves Ă©rotiques d’hommes et de femmes, mais plutĂŽt entre ceux de chaque individu.

Toutefois, divers Ă©tudes rĂ©alisĂ©es aux Etats-Unis ont dĂ©montrĂ© le contraire. Les femmes font habituellement des types de rĂȘves Ă©rotiques avec quelqu’un de leur connaissance, qui vont de l’excitation jusqu’au coĂŻt. Les hommes, quand Ă  eux, rĂȘvent de femmes anonymes et fougueuses qui succombent Ă  leurs fantasmes. Evidemment ce n’est pas toujours comme cela, mais il est cependant indĂ©niable que la relation personnelle est un aspect trĂšs valorisĂ© par la psychologie fĂ©minine. La psychologie masculine, en revanche, prĂ©fĂšre le plaisir et la domination.

L’Ă©ducation reçue, le sexisme latent dans l’inconscient collectif, et celui que transmettent les moyens de communication sont des facteurs que les rĂȘves ne peuvent Ă©viter. Ce sont eux qui font que mĂȘme les femmes dĂ©cidĂ©es et fortes dans la vie consciente se sentent plus vulnĂ©rables pendant les rĂȘves. Heureusement, les habitudes changent. La dissemblance entre les rĂȘves Ă©rotiques masculins et fĂ©minins s’amoindrit.

Finalement, les songes Ă©rotiques, et dans la signification de tous ces types de rĂȘves, peuvent cacher des craintes, des angoisses et des besoins qui sont refoulĂ©s au quotidien en raison de situations paralysantes ou inhibitrices, ou par manque de temps pour affronter le problĂšme. Leur interprĂ©tation permet de trouver beaucoup de clĂ©s pour mieux comprendre nos Ă©motions.

Les rĂȘves manifestent les dĂ©sirs que notre conscience n’exprime pas. Les rĂȘves contiennent une prĂ©cieuse information sur nous-mĂȘme. Mais souvent, leur signification s’Ă©loigne de ce qu »ils laissent paraĂźtre.

Sigmund Freud

Les RĂȘves de dualitĂ© : masculin-fĂ©minin

Les songes de dualitĂ© sont ceux qui font rĂ©fĂ©rence Ă  notre double versant : masculin-fĂ©minin. Ces types de rĂȘves traduisent l’union de nos deux principes : animus et anima, deux notions dĂ©finies par Jung, qui apparaissent continuellement dans les rĂȘves. La plupart de ces Ă©pisodes oniriques se caractĂ©risent par la nĂ©gation ou le rejet que nous ressentons pour l’une de ces deux parties de notre ĂȘtre et pour ce que chacune d’entre elles reprĂ©sente. Ceci crĂ©e une tension ou un conflit intĂ©rieur qui peut aller jusqu’Ă  l’Ă©clatement de la personnalitĂ©. Pour que nous retrouvions notre Ă©quilibre, le rĂȘve essaie de nous faire comprendre comment et pourquoi nous avons oubliĂ© l’autre versant de nous-mĂȘme.

Ainsi quand un homme rĂȘve qu’il est une femme, le message ne lui montre pas nĂ©cessairement un conflit d’identitĂ© ou de type sexuel. Il s’agit trĂšs probablement d’un manque du cotĂ© le plus intuitif et sensible de sa personnalitĂ©. De la mĂȘme façon, quand une femme se voit elle-mĂȘme en rĂȘve comme un homme, son inconscient peut en appeler Ă  son cotĂ© trĂšs Ă©nergique et rationnel qu’elle a peut-ĂȘtre oubliĂ©.

Les songes dans lesquels nous sentons le cotĂ© gauche (fĂ©minin) ou droit (masculin) de notre corps blessĂ© ou immobilisĂ© (un bras ou une jambe, par exemple) nous avertissent du fait que nous sommes en train de refrĂ©ner ou de nier notre dĂ©veloppement masculin ou fĂ©minin. Il nous est pĂ©nible d’assumer notre dualitĂ© et nous rejetons le cotĂ© que nous ne savons pas exprimer.

Faire le mĂȘme RĂȘve

C’est un exemple commun d’un rĂȘve rĂ©current qu’une personne peut vivre, peut-ĂȘtre en pĂ©riode de stress ou de changement, ou mĂȘme tout au long de sa vie. La signification de ces types de rĂȘves rĂ©currents sont souvent composĂ©s de thĂšmes de rĂȘves typiques. Ce qui diffĂšre des rĂȘves rĂ©currents, c’est qu’ils sont vĂ©cus frĂ©quemment et de façon rĂ©pĂ©titive dans la vie d’un individu, alors que les thĂšmes de rĂȘves typiques font rĂ©fĂ©rence Ă  la communautĂ© universelle ou interindividuelle des thĂšmes de rĂȘves.

Les rĂȘves rĂ©currents surviennent chez 60 Ă  75 % des adultes, et plus souvent chez les femmes que chez les hommes. Les thĂšmes communs incluent : ĂȘtre attaquĂ© ou poursuivi, tomber, ĂȘtre coincĂ©, ĂȘtre en retard, manquer ou Ă©chouer Ă  un examen, et mĂȘme perdre le contrĂŽle d’une voiture. ThĂ©oriquement, on suppose que ce type de rĂȘve rĂ©currents rĂ©vĂšlent la prĂ©sence de conflits non rĂ©solus ou de facteurs de stress dans la vie d’une personne. Ceci est corroborĂ© par les conclusions selon lesquelles les rĂȘves rĂ©currents s’accompagnent gĂ©nĂ©ralement d’un contenu de rĂȘve nĂ©gatif et qu’ils sont associĂ©s Ă  un bien-ĂȘtre psychologique infĂ©rieur.

Les thĂšmes rĂ©currents du rĂȘve commencent souvent Ă  un jeune Ăąge, mais peuvent commencer Ă  n’importe quel moment et persister pour le reste de la vie. Le thĂšme de l’omission d’un examen, pour ne prendre qu’un exemple, commence gĂ©nĂ©ralement pendant les annĂ©es d’universitĂ©, lorsque le stress de bien performer peut ĂȘtre plus intense que jamais auparavant. Cependant, ce thĂšme peut se poursuivre comme un type de rĂȘve rĂ©current pendant de nombreuses annĂ©es, mĂȘme si l’on s’oriente vers une carriĂšre.

Par exemple, la signification de ce type de rĂȘve de « manquer l’examen » peut rĂ©apparaĂźtre la veille d’un entretien d’embauche important ou d’une Ă©valuation au travail. Les circonstances peuvent changer, mais les mĂȘmes sentiments de stress et le dĂ©sir de bien performer peuvent dĂ©clencher le rĂȘve rĂ©current pertinent.

Les thĂ©oriciens du rĂȘve conviennent gĂ©nĂ©ralement que ce type de rĂȘve rĂ©currents sont liĂ©s Ă  des problĂšmes non rĂ©solus dans la vie du rĂȘveur. Les rĂȘves reprĂ©sentent souvent une image centrale, une image onirique puissante qui met en contexte une certaine Ă©motion ou un conflit pour le rĂȘveur. Le rĂȘve du raz-de-marĂ©e est un exemple d’une image centrale qui reprĂ©sente des Ă©motions accablantes comme l’impuissance et la peur. Le rĂȘve du raz-de-marĂ©e est un rĂȘve commun Ă  vivre Ă  la suite d’un traumatisme ou d’un abus, et devient souvent un thĂšme rĂ©current qui reflĂšte la difficultĂ© d’une personne Ă  s’intĂ©grer et Ă  accepter le trauma.

Cependant, mĂȘme si les rĂȘves rĂ©currents sont vaincus pendant un certain temps, ils reviennent parfois pendant une nouvelle pĂ©riode de stress. Un sujet de notre laboratoire a fait Ă©tat d’un rĂȘve rĂ©current d’ĂȘtre incapable de parler, un thĂšme commun qui pourrait impliquer des dents qui tombent ou des lĂšvres qui se collent les unes aux autres.

Les RĂȘves de maison

Le grand onirologue de l’AntiquitĂ©, ArtĂ©midore de Daldis (2e siĂšcle aprĂšs JC) affirmait : « La maison c’est nous ». Les recherches les plus rĂ©centes en matiĂšre onirique le confirment : les Ă©difices de nos diffĂ©rents types de rĂȘves sont un reflet de notre personnalitĂ©. C’est pour cela qu’il faut prĂȘter attention Ă  tous les dĂ©tails qui apparaissent car ils nous fournissent des pistes trĂšs fiables sur nos dĂ©sirs, peurs et inquiĂ©tudes… Chaque lieu et Ă©lĂ©ment de la maison fait rĂ©fĂ©rence Ă  un aspect personnel. Ainsi la cuisine reprĂ©sente-t-elle notre appĂ©tit spirituel ou intellectuel, le four le lieu alchimique par excellence de la transformation, le sous-sol l’entassement des richesses, la chambre le lieu des difficultĂ©s conjugales, etc.

Cependant, la signification des diffĂ©rents types de rĂȘves dans lesquels apparaissent diffĂ©rentes piĂšces peuvent aussi faire rĂ©fĂ©rence aux espaces multiples de la vie rĂ©elle. Si, par exemple, nous sommes en train de cuisiner dans la cuisine, peut ĂȘtre cela se rapporte-t-il Ă  quelque projet que nous serions en train de « concocter » dans notre vie Ă  l’Ă©tat de veille. Si nous sommes enfermĂ© dans une cave sombre, c’est peut-ĂȘtre que nous nous sentons coupable de quelque chose et que nous croyons maĂźtriser un chĂątiment. Etre allongĂ© dans un lit ou appuyĂ© contre un sofa, peut Ă©galement signaler le besoin que nous Ă©prouvons de nous reposer de notre Ă©puisante routine journaliĂšre.

Lorsque les portes de notre maison onirique sont bien fermĂ©es, ou entourĂ©es de murs en briques, ou bien que sur les murs des piĂšces sont accrochĂ©es des affiches en interdisant l’entrĂ©e, nous devrions nous interroger sur ce qui bloque notre Ă©volution dans la vie rĂ©elle. Peut ĂȘtre s’agit-il d’un Ă©lĂ©ment de notre propre personnalitĂ© ou d’une inhibition basique ?

De nombreuses personnes rĂȘvent qu’elles dĂ©couvrent des piĂšces nouvelles dans leur maison qu’elles connaissent pourtant trĂšs bien. GĂ©nĂ©ralement, cela rĂ©vĂšle des aspects de leur personnalitĂ© qu’elles mĂ©connaissent, mais qui sont sur le point d’ĂȘtre dĂ©voilĂ©s. Mais cela peut Ă©galement indiquer que ces personnes sont prĂȘtes pour un nouveau dĂ©fi ou challenge intellectuel.

Les sentiments qui affleurent quand nous nous trouvons Ă  l’intĂ©rieur d’une construction onirique sont trĂšs significatifs. Si nous agissons avec courage et curiositĂ© en explorant chaque recoin de la maison, cela signifie que ce que nous pourrions dĂ©couvrir de notre propre personnalitĂ© ne nous fait pas peur. Nous agissons avec assurance et affrontons les problĂšmes avec confiance; En revanche, ressentir de la peur est un signe d’inhibition et d’insĂ©curitĂ©.

Cauchemars et rĂȘves angoissants

Les cauchemars sont des types de rĂȘves terrifiants qui laissent habituellement des traces dans notre esprit au rĂ©veil. Ils se produisent gĂ©nĂ©ralement pendant la phase REM et sont parfois si angoissants qu’ils peuvent nous rĂ©veiller et nous tourmenter pendant quelques minutes. La peur s’accompagne ordinairement de sueurs froides, sĂ©cheresse de la bouche, palpitations… ainsi que de la sensation d’avoir vĂ©cu une terrible situation.

Parfois, des Ă©vĂ©nements traumatiques qui nous arrivent dans la vie Ă  l’Ă©tat de veille (accident, vol, agression sexuelle…) nous rendent visite aussi dans nos rĂȘves. Notre esprit, qui a besoin de libĂ©rer la tension que l’Ă©pisode a provoquĂ©e, le fait lorsque notre conscient est au repos. A mesure que le temps passe, ces songes gĂ©nĂ©ralement s’estompent. Le fait qu’ils persistent est dĂ» Ă  un trauma plus profond qui n’a pas Ă©tĂ© dĂ©passĂ©. L’aide d’un professionnel ou bien la comprĂ©hension d’un ami Ă  l’Ă©coute peuvent ĂȘtre sollicitĂ©es. En parler sera le premier pas pour dĂ©passer le problĂšme de ce type de rĂȘve.

Autrefois, de nombreuses cultures partageaient la croyance selon laquelle les cauchemars n’Ă©taient pas autre chose que la signification  visite d’esprits malins qui attaquaient leurs victimes pendant leur sommeil avec des pensĂ©es terrifiantes. Selon certaines recherches en matiĂšre, ces songes terrifiants et angoissants sont plus communs dans l’enfance. Et s’ils persistent tout au long de la vie adulte, c’est qu’ils reflĂštent ordinairement un problĂšme non rĂ©solu et profondĂ©ment enracinĂ©.

La recherche dans les laboratoires des rĂȘves a dĂ©montrĂ© que les cauchemars sont souvent dĂ©clenchĂ©s par un bruit soudain, agissant comme dĂ©tonateur d’une image onirique angoissante. L’usage des tampons pour les oreilles est donc recommandĂ© pour les personnes faisant frĂ©quemment des cauchemars.

cauchemars

Les RĂȘves d’inquiĂ©tude

Les rĂȘves dans lesquels nous sommes prĂ©occupĂ©s par quelque chose sont beaucoup plus courants que les cauchemars. Parfois, la pression pour la question que nous ne finissons pas de rĂ©soudre dans le rĂȘve est telle qu’elle nous rĂ©veille. Et une fois rĂ©veillĂ©s, notre prĂ©occupation onirique peut nous sembler banale comparĂ©e Ă  nos problĂšmes rĂ©els. Cependant, nous ne devons pas ignorer l’importance de ces songes, car leur analyse nous rĂ©vĂ©lera des domaines de notre vie dans lesquels nous nous sentons peu sĂ»rs, ou auxquels nous sommes peut attentifs.

Les rĂȘves d’inquiĂ©tude reflĂštent des doutes et des craintes inconscients portant sur des faits et Ă©vĂ©nements de notre vie, archivĂ©s dans notre esprits, et ayant Ă©chappĂ© Ă  notre conscience. Il s’agit de soucis mineurs auxquels nous n’avons pas accordĂ© d’importance de façon consciente, mais que notre inconscient a recueillis.

D’aprĂšs Freud, les songes qui suscitent de l’angoisse ou des tourments sont le rĂ©sultat d’une tentative de refoulement d’une Ă©motion ou d’un dĂ©sir, normalement sexuel. Le psychanalyste mentionnait Ă©galement l’importance de chercher l’origine d’une telle prĂ©occupation dans notre Ă©tat de veille. L’ignorer risque sinon de la faire dĂ©gĂ©nĂ©rer en trauma.

Pour analyser la signification de ces diffĂ©rents types de rĂȘves, il est nĂ©cessaire de se concentrer sur tous les Ă©lĂ©ments y figurant. En effet, ils nous donnent des pistes, de façon symbolique, sur ce qui nous prĂ©occupe.

Les RĂȘves d’exploration intĂ©rieure : bĂ©bĂ©s oubliĂ©s et anges

Les rĂȘves dans lesquels apparaissent des bĂ©bĂ©s oubliĂ©s et des anges sont trĂšs communs et significatifs de notre Ă©volution personnelle et spirituelle. Mais que signifie ce bĂ©bĂ© qui rĂ©clame sa nourriture Ă  cor et Ă  cri ? Il reprĂ©sente symboliquement le germe spirituel qu’il y a en nous et que nous laissons languir faute de l’alimenter. C’est le germe sacrĂ©, le Moi divin, « l’enfant philosophal » comme disent les alchimistes. Il nous a Ă©tĂ© confiĂ© et nous devons l’aider Ă  se dĂ©velopper.

Quant aux types de rĂȘves d’anges ou entitĂ©s spirituelles, ce sont ordinairement des messages d’exploration intĂ©rieure. Voyons plusieurs exemples recueillis dans un « bureau des rĂȘves » :

Je me trouve dans l’obscuritĂ© la plus complĂšte. Le silence et le vide m’entourent. Soudain apparaĂźt un corps blanc et lisse avec des formes pures, presque irrĂ©elles. Les traits du visage sont effacĂ©s et son ovale est pur, le corps est svelte et le sexe n’est pas prĂ©cisĂ©ment dĂ©terminĂ©. Il Ă©mane juste une impression de douceur extrĂȘme et de profonde harmonie. Cependant, ce personnage m’inspire un tel dĂ©sarroi qu’il semble ĂȘtre Ă  lui seul un appel au secours. Je l’entoure de mes bras et je veux le sauver Ă  tout prix.

Il s’agit d’un rĂȘve de protection, de contact avec le monde invisible. Dans cet Ă©pisode onirique, on reconnait le caractĂšre androgyne de l’ĂȘtre angĂ©lique. Cette fabuleuse vision n’est autre chose que votre ange vous montrant sa souffrance car il se trouve dans l’obscuritĂ©.

Dans d’autres songes, les anges se prĂ©sentent comme des guides spirituels et protecteurs de notre personne :

Je me trouvais mort dans un carrosse dorĂ©, ornĂ© de velours de couleur bleu ciel. A ma droite, un ange fĂ©minin, tout vĂȘtu de blanc, me souriait… Il tenait devant moi les rĂȘves de deux chevaux blancs tandis qu’un chemin infini, illuminĂ© de soleil, s’ouvrait devant nous.

Les RĂȘves de voyage

L’une des expĂ©riences oniriques les plus plaisantes et stimulantes est de voyager vers un pays lointain et de se rĂ©veiller avec la sensation d’ĂȘtre revenu de vacances passionnantes. Cela rĂ©vĂšle probablement un profond dĂ©sir de voyager que nous n’avons pas trouvĂ© Ă  satisfaire. Mais d’autres lectures intĂ©ressantes peuvent Ă©galement ĂȘtre faites.

Parfois, nous nous souvenons avec prĂ©cision des dĂ©tails de lieux et d’ambiances que nous n’avons jamais connus. Cela peut ĂȘtre dĂ» Ă  des photographies, des films et des reportages tĂ©lĂ©visĂ©s que nous avons vus et que notre inconscient a retenus pour quelque raison particuliĂšre.

Ces voyages coĂŻncident parfois avec des moments de la vie rĂ©elle dans lesquels nous sommes sur le point de commencer quelque chose de nouveau (un changement de travail, de rĂ©sidence…). Ainsi, le paysage du rĂȘve et que nos sensations peuvent rĂ©sumer nos Ă©motions dans la vie rĂ©elle par rapport Ă  ce changement, les circonstances du voyages sont tout aussi rĂ©vĂ©latrices. Dans le cas d’un voyage comportant des incidents qui rendent notre destination difficile d’accĂšs (parce que nous perdons les billets ou les valises, ou bien la voiture a une panne…), le songe nous encourage peut-ĂȘtre Ă  peser le pour et le contre de la situation, et nous avertit des obstacles que nous rencontrerons sur le chemin. Il est aussi possible que nous soyons en train de nous prĂ©parer psychologiquement Ă  assumer le changement.

Par ailleurs, les diffĂ©rents types de rĂȘves au cours desquels nous nous rendons dans des lieux exotiques et lointains nous prĂ©viennent que notre style de vie est claustrophobe et inhibĂ©. Nous avons besoin de changer et d’Ă©largir nos horizons.

Le moyen de transport que nous utilisons pour nous dĂ©placer est aussi trĂšs significatif. Si nous voyageons en avion, par exemple, nous devrions nous demander si nous avons les pieds solidement ancrĂ©s sur terre, ou bien si, au contraire, nous nous sentons plus Ă  l’aise « dans les nuages ». Échapper Ă  la vie rĂ©elle est un thĂšme qui apparaĂźt habituellement de façon symbolique dans les rĂȘves de voyages. Les trains reprĂ©sentent de nouvelles et excitantes opportunitĂ©s. Rater le train ou le laisser partir est un symbole Ă©vident de notre peur des changements (et de l’insĂ©curitĂ© que cela comporte).

La gare, lieu de dĂ©part, est le lieu symbolique de la transformation. L’embarras que l’on ressent de ne pas avoir de billet, ou d’argent pour l’acheter, est liĂ© Ă  un certain type de carence. Cependant, si nous parvenons malgrĂ© tout Ă  arriver Ă  bon port, le songe signifie que nous sommes quand mĂȘme d’une certaine façon satisfait de nous-mĂȘme.