medium

Le Spiritisme

Le Spiritisme ou doctrine spirite est le nom donné à la philosophie contenue dans les cinq livres fondamentaux du spiritisme, codifiée par Allan Kardec, et publiée à l’origine à Paris entre 1857 et 1868. C’est pour cette raison, que Kardec est surnommé le « codificateur du spiritisme ». De ces ouvrages fondateurs, en particulier le premier, contiennent toute la doctrine qui définit le spiritisme moderne. Bien que présent partout dans le monde, très lié au don de voyance, et particulièrement populaire en Amérique Latine, le spiritisme initié et théorisé par un philosophe français est paradoxalement peu connu en France.

Allan Kardec, de son vrai nom, Denizard Hippolyte-Léon Rivail, est né le 3 octobre 1804 à Lyon, et mort le 31 mars 1869. Educateur et philosophe, il est le père du Spiritisme.

Définition et présentation du Spiritisme

Le spiritisme est la doctrine fondée sur l’existence, les manifestations et l’enseignement des Esprits. Elle fait parti des perceptions extra-sensorielles répandues depuis des générations.

Cette doctrine philosophique fut définie en 1857 dans son ouvrage fondateur : « Le livre des Esprits ». Le spiritisme accepte formellement l’existence de Dieu, de la vie éternelle, de lois morales et d’une communication concrète avec divers êtres spirituels, surtout les défunts. Le spiritisme appui aussi la réincarnation, sans la considérer obligatoirement terrestre. Sous sa forme pratique, le spiritisme observe différentes pratiques pour tenter de communiquer avec les Esprits de l’au-delà. L’instrument utilisé lors de ces tentatives est le Médium. Le Spiritisme n’est ni une secte ni une religion, il n’a ni culte, ni dogme, ni hiérarchie ; il prône la liberté de conscience comme un droit naturel et respecte toutes les croyances religieuses. Le Spiritisme qui veut instaurer la paix, la fraternité et l’amour entre tous les hommes a choisi pour devise : « Hors la charité, pas de salut »

Spiritisme : science, philosophie ou religion ?

Le spiritisme peut être considéré comme une science, une philosophie et une religion.

La science, parce qu’elle Ă©tudie les phĂ©nomènes dits “surnaturels” Ă  la lumière de la raison et leur attribue une cause naturelle ; montrant que tout a une explication scientifique. Au lieu d’ĂŞtre surnaturels, ces phĂ©nomènes sont causĂ©s par des lois naturelles.

La philosophie, parce qu’elle nous donne une interprĂ©tation de la vie. Il rĂ©pond Ă  des questions courantes sur le sens de la vie, telles que “D’oĂą viens-je ? d’oĂą viens-je ? oĂą irai-je après la mort ? et qu’est-ce que je fais dans ce monde ? Le spiritisme explique le but de la vie et les raisons des nombreuses inĂ©galitĂ©s, injustices et souffrances apparentes de la vie.

La religion, parce qu’elle vise la transformation morale de l’humanitĂ©, en dĂ©fendant les enseignements de JĂ©sus-Christ dans sa vĂ©ritable expression d’amour et de charitĂ©. Il n’y a pas de chefs religieux, de cĂ©rĂ©monies, de rituels ou de symboles. L’adoration se fait avec votre propre cĹ“ur.

L’immortalitĂ© de l’âme

En plus du monde corporel habité par les Esprits incarnés, qui sont des êtres humains, il existe le monde spirituel, habité par des Esprits désincarnés.

Un ĂŞtre humain est un Esprit incarnĂ© dans un corps matĂ©riel. Ce qui relie le corps physique Ă  l’Esprit est un corps semi-matĂ©riel appelĂ© pĂ©risprit.

Les esprits sont les ĂŞtres intelligents de la crĂ©ation. Ils constituent le monde des Esprits, qui prĂ©existe et survit Ă  tout. Les esprits sont crĂ©Ă©s simples et ignorants. Ils Ă©voluent intellectuellement et moralement, passant d’un ordre infĂ©rieur Ă  un ordre supĂ©rieur, jusqu’Ă  atteindre la perfection, oĂą ils jouiront d’un bonheur inaltĂ©rable.

Les Esprits conservent leur individualitĂ© avant, pendant et après chaque incarnation. Ils se rĂ©incarnent autant de fois qu’il est nĂ©cessaire pour leur avancement spirituel. Ils progressent toujours. Dans leurs multiples existences physiques, ils peuvent parfois devenir stationnaires, mais ils ne rĂ©gressent jamais. La vitesse de leur progrès intellectuel et moral dĂ©pend des efforts qu’ils font pour atteindre la perfection.

Les Esprits appartiennent Ă  des ordres diffĂ©rents selon le degrĂ© de perfection qu’ils ont atteint : Les Esprits purs, qui ont atteint la perfection maximale ; les Bons Esprits, dont le dĂ©sir prĂ©dominant est la bontĂ© ; et les Esprits Imparfaits, caractĂ©risĂ©s par leur ignorance, leur tendance au mal, et par leurs passions infĂ©rieures.

Les relations des Esprits avec les ĂŞtres humains sont constantes et ont toujours existĂ©. Les Bons Esprits nous attirent vers la bontĂ©, nous soutiennent dans les Ă©preuves de la vie et nous aident Ă  les supporter avec courage et rĂ©signation. Les Esprits imparfaits nous induisent Ă  l’erreur.

 Les principes du Spiritisme expérimental

Selon le Spiritisme de Allan Kardec, l’être humain est schématiquement constitué de trois éléments :

  1. Les différentes matières organiques, les os, les muscles, le sang, etc. Cet ensemble forme le corps physique.
  2. La personnalité, l’intelligence, la conscience, la volonté, etc. Cet ensemble forme l’esprit.
  3. L’énergie qui met en mouvement les muscles, le cœur, etc. et qui détermine la force du corps, sa vigueur, sa santé. Cet ensemble forme le périsprit.

Lors de l’apparition, les trois éléments se trouvent étroitement liés. Après le décès, le corps se dissout, mais l’esprit survit car il est éternel et l’énergie reste toujours attachée à l’esprit, (d’où son nom de « périsprit ». Cette énergie possède la faculté d’agir sur la matière, dans la mesure où elle animait le corps physique, alors elle peut toujours être utilisée par l’Esprit pour se manifester. Cette manifestation est facilitée par la présence d’un ou de plusieurs « Médiums ».

Les principes de la philosophie spirite

La philosophie spirite ne peut pas être résumée en quelques lignes, elle enseigne essentiellement les points suivants :

  • Dieu pour commencer Ă  crĂ©er l’homme sous la forme d’un Esprit,
  • C’est comme Esprit, que chaque crĂ©ature est conçue pour Ă©voluer vers plus de perfections,
  • Pour la rĂ©alisation de cette progression, Dieu Ă  donnĂ© une recommandation et le libre-arbitre, Ă  savoir la libertĂ© et la responsabilitĂ©.
  • Dieu Ă  simplement demandĂ© aux hommes de l’aimer et d’aimer leurs semblables, de faire pour les autres, ce que nous voudrions qu’ils fassent pour nous.
  • JĂ©sus de Nazareth, symbolise un modèle exemplaire,
  • Cette loi universelle mène au progrès, et Ă  la perfection,
  • Pour progresser et rĂ©parer d’éventuelles erreurs, les Esprits peuvent s’incarner,
  • Chaque humain sur terre est l’un de ces Esprits incarnĂ©s, temporairement liĂ© Ă  un corps de matière et sans souvenirs, l’émergence provoque une amnĂ©sie, ainsi les actes de la vie restent spontanĂ©s, sincères et non dirigĂ©s par la mĂ©moire intĂ©rieure,
  • Chaque individu peut dĂ©celer les raisons de son incarnation en analysants ses mauvais dĂ©fauts et enseigner l’amour et la charitĂ©.
  • Une personne peut vivre plusieurs incarnations, le nombre et les conditions dĂ©pendent de la façon dont la personne choisit de progresser,
  • Les conditions de la vie sur la Terre, dĂ©coulent de situations antĂ©rieures Ă  l’apparition et des choix pris en cours de vie,
  • Après le dĂ©cès, la position occupĂ©e dans la vie spirituelle, correspond au mĂ©rite personnel,
  • Les Esprits non incarnĂ©s peuvent communiquer avec l’humanitĂ©,
  • L’objectif de la communication avec l’au-delĂ , apporte une première preuve de la vie Ă©ternelle et permet d’en tirer un enseignement pratique. Les Esprits de hauts niveaux tĂ©moignent de leur joie et enseignent la façon d’atteindre un bonheur identique. Les Esprits moins Ă©voluĂ©s sollicitent des conseils et attestent de la souffrance provoquĂ©e par leur manque d’amour et de charitĂ©.

Vous pouvez voir également