chaman

Les 7 principes du Chamanisme

Les chamans ont Ă©tĂ© trouvĂ©s Ă  toutes les Ă©poques de l’histoire, dans le monde entier. Il y a certaines croyances fondamentales que tous les chamans ont en commun, qui donnent du sens, du rĂ©confort et de la sagesse Ă  des millions de personnes.

Les chamans existent encore sous une forme ou une autre dans toutes les cultures de la planĂšte, y compris dans notre propre monde occidental modernisĂ©. S’engager dans la tradition et les rituels chamaniques n’est pas une question d’appropriation culturelle ou d’escroquerie.

La spiritualitĂ© de tout peuple autochtone. Nous venons tous d’ancĂȘtres indigĂšnes si nous remontons assez loin, et ils avaient tous de grands chamans. Ainsi, le chemin chamanique est l’un de nos droits de naissance et le prĂ©curseur ancestral de toutes nos traditions spirituelles et religieuses.

Dans le monde occidental, quand nous entendons le mot chamanisme, beaucoup d’entre nous pensent Ă  une personne costumĂ©e dansant autour d’un feu dans l’obscuritĂ©, impliquĂ©e dans une sorte de rituel mystĂ©rieux, accompagnĂ©e de battements de tambour et de chant. Mais Ă  l’intĂ©rieur de ce costume et de ce rituel, il y a une femme ou un homme avec un ensemble de compĂ©tences trĂšs rĂ©elles.

Tous les vrais chamans se distinguent par leur capacitĂ© Ă  atteindre des Ă©tats visionnaires de conscience dans lesquels ils peuvent rediriger leur conscience focalisĂ©e de la rĂ©alitĂ© physique quotidienne vers les mondes cachĂ©s, intĂ©rieurs, tout en restant trĂšs Ă©veillĂ©s. Ce dĂ©placement conscient de la conscience est appelĂ© voyage chamanique dans le monde occidental, et c’est une forme ancienne de mĂ©ditation qui s’amĂ©liore avec la pratique. La plupart des chamans, en Occident, peuvent le faire dans une certaine mesure, et certains d’entre eux le font naturellement. Dans le travail du voyage chamanique, le silence est de vigueur, nous concentrons nos intentions sur les mondes intĂ©rieurs et nous observons. La pratique chamanique commence donc avec l’intention.

VĂ©rifiez si vous ĂȘtes en accord avec les 7 principes du chamanisme. Lisez ces sept croyances fondamentales ci-dessous.

1. Respect de l’autoritĂ©

Cette directive sacrĂ©e n’est pas de faire ce qu’on vous dit. Il ne s’agit pas d’ĂȘtre contraint par un systĂšme d’autoritĂ© centralisĂ©, un membre de la famille ou un leader politique ou religieux, ni d’avoir peur d’un parrain surnaturel qui vit hors planĂšte et qui a de bons et de mauvais jours.

Alors, qu’est-ce que l’autoritĂ© compĂ©tente ? Nous le saurons quand nous le verrons… et nous offrirons notre respect pour cette autoritĂ©, ainsi que notre soutien, seulement quand elle se rĂ©vĂ©lera venir d’un lieu de vĂ©ritĂ©, d’authenticitĂ©, et d’un fondement basĂ© sur la polaritĂ© positive consacrĂ©e au bien supĂ©rieur de tous. La croyance que tout et chacun fait partie d’un modĂšle et est donc interconnectĂ©. Ce sont des choses que l’on apprends lorsque l’on veut devenir un chaman confirmĂ©.

2. Préserver et promouvoir les beautés de la nature

La croyance en l’existence d’une rĂ©alitĂ© alternative, souvent appelĂ©e le monde des esprits ou le temps des rĂȘves par les peuples traditionnels, ou comme une rĂ©alitĂ© non ordinaire par les mystiques modernes.

Cette ligne de conduite sacrĂ©e de vivre et de prospĂ©rer dans la beautĂ© de la nature a Ă©tĂ© embrassĂ©e et pratiquĂ©e par les peuples traditionnels partout avant que la civilisation occidentale ne leur arrive. Si nous devions considĂ©rer les peuples aborigĂšnes d’Australie, par exemple, leurs modes de vie et leurs perceptions indigĂšnes les ont maintenus, eux et leurs sociĂ©tĂ©s, en vie et en bonne santĂ© pendant des dizaines de milliers d’annĂ©es de plus que la civilisation occidentale n’a existĂ©.

Pendant ce temps, ils n’ont pas construit de grands monuments, ni produit de nouveaux gadgets Ă©tincelants pour nous distraire et nous enchanter, bien qu’ils aient crĂ©Ă© un grand art. Ils ont plutĂŽt vĂ©cu en Ă©quilibre et en harmonie avec la nature pendant plus de 40 000 ans, pĂ©riode durant laquelle ils n’ont dĂ©truit aucune terre ni diminuĂ© son esprit. C’est leur monument et, en fin de compte, c’est peut-ĂȘtre le seul qui compte vraiment.

3. Jugez avec bonté et sagesse

La croyance en la capacitĂ© de certaines personnes d’atteindre des Ă©tats de conscience transcendants et d’entrer dans la rĂ©alitĂ© alternative pour la rĂ©solution de problĂšmes et la guĂ©rison de soi et des autres ; cette croyance s’accompagne habituellement d’un fort dĂ©sir d’expĂ©rimenter personnellement la rĂ©alitĂ© alternative.

4. La modération en toutes choses

La croyance en l’existence d’aides spirituels et d’enseignants qui rĂ©sident dans la rĂ©alitĂ© alternative. Bien que la plupart des mystiques modernes aient tendance Ă  ne pas s’affilier Ă  la religion organisĂ©e, JĂ©sus de Nazareth est considĂ©rĂ© comme un enseignant spirituel d’une grande puissance, et la plupart professent la croyance en une certaine forme d’ĂȘtre divin surnaturel ou conscience.

5. Etre fair-play dans la vie

La croyance que tout, animĂ© et inanimĂ©, est imprĂ©gnĂ© d’une essence ou d’une Ăąme surnaturelle personnelle ; ainsi, tout, partout, est conscient et donc, dans une certaine mesure, “pensĂ©”.

Plus nous progressons sur le chemin du pouvoir, plus nous devenons vulnĂ©rables aux dĂ©fauts de notre propre caractĂšre. Et c’est lĂ  que la plupart de nos dirigeants. Politiques, Ă©conomiques, sociaux, militaires et religieux ont trĂ©buchĂ©.

AcquĂ©rir et exercer un grand pouvoir s’accompagne d’une grande responsabilitĂ©, ce qui implique que le pouvoir doit toujours ĂȘtre utilisĂ© avec intĂ©gritĂ©, avec Ă©quitĂ© et avec honneur. Ceci nous amĂšne Ă  la prochaine Loi….

6. La parole d’honneur d’une personne est sacrĂ©e

L’honneur est un cadeau qu’un homme se donne Ă  lui-mĂȘme. Personne d’autre ne peut le donner et personne ne peut l’enlever.

La croyance en l’existence d’un pouvoir impersonnel ou d’une force vitale qui imprĂšgne toute chose et s’exprime comme force vitale chez les ĂȘtres vivants. Le mana des PolynĂ©siens, le chi des Chinois, le prana du yoga, le nombre des bushmen du Kalahari, ou la baraka des musulmans.

7. Respect des différences

La plupart des transformateurs qui assistent Ă  nos sĂ©minaires et ateliers mystiques expriment un sens profond de la justice sociale, et ils semblent profondĂ©ment prĂ©occupĂ©s par la qualitĂ© de la vie humaine Ă  tous les niveaux de la sociĂ©tĂ©. Ils ont le sentiment que les questions relatives aux femmes ainsi qu’aux minoritĂ©s bĂ©nĂ©ficient d’un soutien vigoureux. Ils se prĂ©occupent de la sĂ©curitĂ© et du bien-ĂȘtre des enfants et des personnes ĂągĂ©es, et les relations humaines sont clairement considĂ©rĂ©es comme plus importantes que les gains matĂ©riels. La tolĂ©rance sociale et religieuse, l’individualisme personnel et la libertĂ© spirituelle sont des idĂ©aux trĂšs apprĂ©ciĂ©s… et le retissage du tissu social par la reconstruction des familles, des quartiers et des communautĂ©s est une prĂ©occupation majeure.

La croyance en l’existence d’un corps Ă©nergĂ©tique personnel qui peut ĂȘtre perçu par certains comme une aura et qui peut ĂȘtre renforcĂ© par les centres Ă©nergĂ©tiques qu’il contient, appelĂ©s chakras et mĂ©ridiens dans la pensĂ©e orientale.

Bien que le monde occidental continue d’ĂȘtre animĂ© par la cupiditĂ© et alimentĂ© par le dĂ©ni, motivĂ© par la peur et dominĂ© par la concurrence, les membres de la communautĂ© transformationnelle sont orientĂ©s vers des idĂ©aux dĂ©mocratiques et humanistes, et nous avons tendance Ă  favoriser les efforts de coopĂ©ration qui profitent Ă  tous.

L’importance de l’Ă©quilibre et de l’harmonie est au cƓur mĂȘme de nos valeurs et, Ă  cet Ă©gard, nous avons compris, comme les peuples autochtones, que les humains doivent s’efforcer de vivre leur vie d’une maniĂšre qui contribue au bien commun plutĂŽt que de suivre des modes de vie et de poursuivre des objectifs qui crĂ©ent son contraire.

En conclusion

Le temps est venu pour nous tous, y compris nos dirigeants, de nous tourner vers notre nature supĂ©rieure, de faire ressortir ce qu’il y a de meilleur en nous-mĂȘmes afin de dĂ©placer notre ancre dans la polaritĂ© positive pour que nous puissions travailler ensemble pour crĂ©er des liens les uns avec les autres et avec un sens accru du but.

Pour citer un proverbe hawaĂŻen… “Nous sommes tous dans le canoĂ« ensemble… et si nous continuons Ă  pagayer dans la bonne direction et que nous continuons Ă  sauter, nous atteindrons l’Ăźle”.